Chauvois

Les électeurs de Ouistreham ont, avec 26,62% des suffrages exprimés, placé Emmanuel Macron en tête du premier tour de l’élection présidentielle. Il faut maintenant se rassembler pour faire barrage à madame Le Pen, à ses idées qui ne sont pas compatibles avec une démocratie apaisée, et dont les propositions diviseraient profondément les Français.

J’appelle donc à voter dimanche prochain pour Emmanuel Macron.

J’appelle les élus du conseil municipal de Ouistreham, et plus particulièrement monsieur Bail, Maire de Ouistreham, et monsieur Fricout, conseiller départemental, à se positionner clairement en faveur du candidat qui fera barrage au Front National.

Ils doivent donc publiquement appeler à voter pour Emmanuel Macron.

L’heure est au rassemblement et non aux divisions, le moment est aussi venu de dépasser les positions partisanes.

2014 – 2017 : C’est l’heure du bilan à mi-mandat pour l’équipe municipale de Ouistreham. Si on peut souligner l’installation de planches pour changer l’entrée de la plage, il est facile de constater qu’aucune autre réalisation n’a été conduite pendant ces 3 années.

Rien ! Alors je voudrais retenir 3 éléments qui auront marqué cette année 2016 :

1- L'instauration du stationnement payant: un fiasco total.

Le parc fermé concédé à Indigo a vraiment été boudé par les automobilistes:

-          26 véhicules par jour en moyenne en juin,

-          26 véhicules par jour en moyenne en septembre,

-          87 véhicules par jour en moyenne sur six mois.

Le total des recettes s’élève à 253 346 € à partager entre Indigo et la ville. Mais le seuil de partage conventionnel étant fixé à 222 000 € Indigo et la ville se partagent 31 346€ dont 55 % pour la ville soit 17 240 € auquel s'ajoute une redevance fixe de 5000 € soit au total 22 240 € pour Ouistreham.

Mais la ville qui avait la charge du contrôle a engagé quatre agents pendant six mois pour une charge salariale de 42 000 €. Le stationnement payant a coûté cher à la ville :

-       Recette de la ville 22 240€

-       Dépenses salariales : 42 000€

Les parkings coutent encore plus cher aux automobilistes verbalisés qui se souviendront de leur passage à Riva Bella, la plage où il ne fait plus bon être. (The plage not to be)

La ville transforme la place Alfred Thomas en un parc avec horodateurs, coût pour la ville 25 889 €.

2- Le partenariat public-privé : un dossier couteux et inapplicable

Cette opération consistait à trouver une entreprise capable de travailler à crédit pour réaliser 42 opérations d’un montant de10 millions de travaux remboursés à raison de 700 000 € par an pendant 18 ans. Qui prétendait ne pas endetter la commune ? Evidemment, monsieur le Préfet a déféré le dossier devant le tribunal administratif qui a annulé les délibérations. C'était parfaitement prévisible et nous avions mis le conseil en garde.

Résultat : 100 000 € de dépensés pour rien, pas de travaux réalisés et 3 ans de perdus

3- La fiscalité locale devait diminuer de 1 % par an pendant cinq ans et certains l'ont cru !

Pour ne pas avouer ce reniement, le conseil municipal a décidé de supprimer les abattements facultatifs et de diminuer les abattements obligatoires d'où une augmentation des Impôts.

-       La suppression de l'abattement général à la base touche tous les résidents principaux,

-       La diminution des autres d'abattement concernant:

-          des familles en fonction du nombre d'enfants,

-          les personnes en situation de handicap,

-          les personnes aux faibles ressources.

D’où le choc à la réception des feuilles d'impôts alors, la colère exprimée publiquement par les contribuables trompés s’amplifient.

Le procédé utilisé pour augmenter les impôts et d'autant plus stupide que les bases ainsi majorées servent aussi au calcul la taxe d'habitation payé à Caen la mer à un taux supérieur : 8,72 %.

L'augmentation des impôts profite donc plus à Caen la mer qu’à Ouistreham. Peut-on imaginer plus injuste à l'égard des contribuables ouistrehamais et en particulier des familles?

Le bilan de ces trois années est bien consternant!

Lors du Conseil municipal du 9 mars dernier le maire de Ouistreham, Romain Bail, a présenté un projet de partenariat public privé (PPP) qui est financièrement extrêmement dangereux pour la commune. Financièrement dangereux, c’est un euphémisme, parce que ce projet va compromettre l’avenir de Ouistreham pendant 18 ans.

Le montage proposé est scabreux, pernicieux. En effet la mairie va confier les clés de la ville en matière de voirie, pendant 18 ans, à un groupe d’investisseurs sans aucune garantie et avec des frais énormes, 1,631 millions d’€. Nous savons tous que la ville n’est pas capable de supporter une telle charge. En effet, le remboursement annuel du contrat sera de 700 000 € ce qui correspond à la totalité du droit de tirage de Ouistreham, pour la voirie dans la nouvelle communauté urbaine. De plus le personnel transféré ne pourra pas intervenir en voirie sur Ouistreham, puisque le droit de tirage sera pris par le remboursement du contrat de partenariat.

Enfin, comme l’indique la conclusion de l’étude présentée en conseil municipal « cette stratégie a toutefois deux contreparties, réaliser des efforts de gestion sur les dépenses de fonctionnement de manière à viser un rétablissement de l’épargne brute autour de 1 million d’€ ». Rappelons que la ville a dégagé péniblement, en 2015, 100 000 €. De plus, il faudra annuler tous les autres investissements prévus !

Des questions se posent et ne peuvent qu’inquiéter !

  • En premier lieu le droit de tirage de Ouistreham dans la communauté urbaine Caen la mer : Cette logique de «droit de tirage» ou d’affectation d’une partie des crédits à Ouistreham en provenance de la communauté urbaine sera en matière de voirie et d’espaces verts sera de 350 à 400 000 € (moyenne 2013-2015 des dépenses hors R H). En investissement ce droit de tirage sera de 350 à 400 000€, calculé sur la moyenne des investissements sur 10 ans. Or cette somme de 700 000€ correspond au remboursement du PPP. Elle ne correspond donc pas à la volonté de Caen la Mer de mutualiser 25-30% des droits de tirage. Comment la commune va-t-elle faire ?
  • L’insécurité juridique : La loi, l’ordonnance n°2015-899 du 23 juillet 2015 remplacera le contrat de partenariat en marché de Partenariat. Ce décret entrera en vigueur au 1er avril, on comprend la volonté de le faire voter avant cette date pour éviter les nouvelles exigences du marché de partenariat : en particulier le passage devant une commission pour examiner la soutenabilité et  rentabilité financière du projet. On voit bien que ce projet ne passera pas au vu des critères et des exigences sur l’épargne brute.
  • Le rapport de la cour des comptes de février 2015 sur les PPP : Ce rapport précise  que « Le contrat de partenariat ne présente pas pour les collectivités locales d’avantages décisifs par rapport aux formules classiques de la commande publique ou de gestion déléguée. Il convient donc de ne pas faire de cet outil dérogatoire un instrument financier détourné de ses objectifs initiaux, qui permettrait notamment aux collectivités de s’affranchir à court terme des contraintes budgétaires et comptables et de différer dans le temps le coût et la charge de certains investissements » . Donc dans ce cadre, le recours au contrat de partenariat ne se justifie que s’il respecte un certain nombre de conditions, parmi lesquelles :

 - une soutenabilité budgétaire démontrée ;

-  un motif avéré de complexité, d’urgence ou d’efficacité

- une capacité de la collectivité à négocier et à assurer le suivi du contrat sur sa durée. »

Le rapport de la cour des comptes évoque les 3 critères qui permettent de justifier un contrat de partenariat public privé : complexité, urgence, efficacité économique. Aucun des 3 critères ne peut justifier la mise en place d’un contrat de partenariat à Ouistreham. Romain Bail a retenu celui de la complexité, ce qui est faux ! Cette opération n’est pas complexe : ce projet a déjà été mené dans les années 80 par les services de la ville. Il s’agit d’une rénovation de l’avenue de la mer et d’une série de travaux dans les quartiers.

  • Les finances de la ville : Enfin, ce projet est vraiment dangereux pour les finances de la ville, car les prix de la deuxième tranche, les travaux différés, et la maintenance sont établis en euros contant 2016 ce qui veut dire que ces prix seront indexés à partir d’indices dépendant de la conjoncture économique.

Des risques inconsidérés pour la ville

On le voit les risques pour la ville sont inconsidérés! Ce contrat de partenariat est dangereux pour l’avenir de la ville. Si le seul objectif est de rénover l’avenue de la mer, il était possible de mettre en place une autorisation de programme de 3 ans (3 fois 350 000 euros) correspondant à 3 années de droit de tirage de Caen la mer ! Est-ce une opération de communication pour préparer les élections de 2020 ?  Au dernier conseil municipal Monsieur Bail a fait voter la ruine de Ouistreham !

Lors du conseil municipal du 22 février dernier, à l’unanimité les élus de la majorité municipale ont voté une augmentation des indemnités du maire de Ouistreham ainsi que celles des adjoints. La loi du 31 mars 2015 donne la possibilité aux maires de revaloriser leurs indemnités dans une enveloppe budgétaire contrainte. Le texte précise sans aucune ambiguïté qu’il est donné la possibilité à chaque conseil municipal d’une commune de plus de 1000 habitants de redéfinir une nouvelle grille de rémunération des élus.

Il faut évidemment respecter le principe des indemnités des élus qui accèdent démocratiquement à des responsabilités publiques. C'est le prix du fonctionnement de la démocratie, et l'assurance de la vitalité et du renouvellement de nos assemblées territoriales.

Mais Romain Bail, maire de Ouistreham, profitant de cette nouvelle loi, a augmenté son indemnité de 11% (soit +304 € par mois) et celles de ses adjoints 30% (+234 € mensuel), ceci alors que la loi lui permettait (article 3 de la loi du 31/03/2015) de garder le niveau des indemnités votées lors du Conseil municipal du 22/05/2014.

Au moment, où :

  • la plupart des associations ouistrehamaises reçoivent leurs dotations pour 2016 diminuées de 30%,
  • le débat d’orientation budgétaire présenté par Romain Bail et sa majorité annonce de grosses difficultés pour le budget 2016,
  • les abattements facultatifs à la taxe d’habitation ont été supprimés pour l’ensemble des familles et personnes modestes vivant à l’année dans la commune,
  • des services au public comme le portage des repas aux personnes âgées est supprimé au motif de faire des économies budgétaires,
  • le budget du Comité Communal de l’Action Social (CCAS) va être diminué de 30% cette année,
  • les parkings payants sur la commune représentant un nouvel impôt déguisé vont être mis en place en avril prochain,

Romain Bail augmente scandaleusement son indemnité et celles de ses adjoints.

Chaque Ouistrehamais appréciera la méthode employée par le maire qui a annoncé cette augmentation en disant qu’il ne pouvait pas faire autrement puisque c’est la loi du 31 mars 2015 qui lui impose cette hausse ! Mensonge éhonté. Il s’agit, une nouvelle fois, d’une promesse de campagne de diminuer de 10% ses indemnités et celles de sa majorité par rapport au taux légal en vigueur, non-tenue. Moins de deux ans après son élection, la majorité municipale s’assoit sur ses promesses.

Rappelons que le nouveau président de la Région Normandie, Hervé Morin, a décidé en janvier 2016 de ne pas augmenter les indemnités des élus régionaux de 40% comme lui permettait la loi ceci au regard de l’augmentation démographique de la nouvelle région... Il l'a fait par respect des concitoyens qui souffrent de la crise, des charges, ou du chômage...

Comment Romain Bail peut-il encore être respecté par les Ouistrehamais ?

Chers Ouistrehamais, chères Ouistrehamaises,

En ce début d’année 2016, et après une année 2015 douloureuse pour la Nation française, l’opposition municipale vous adresse personnellement à chacun et chacune d’entre vous ses meilleurs vœux de santé, d’épanouissement, de joie et de réussite dans tous vos projets personnels ou professionnels, familiaux ou associatifs.

Au premier tiers du mandat de l’équipe de M Bail, nous souhaitons dresser le bilan intermédiaire de son action sur cette page généreusement octroyée à la minorité, 4 fois par an. Si le fil-conducteur de la majorité municipale est de développer l’attractivité de la commune et de réduire les dépenses publiques, force est de constater que nous en sommes loin. Bien au contraire. Des projets pharaoniques sont régulièrement annoncés mais disparaissent à peine sortis. Cette politique à court terme conduit à :

  • l’augmentation des impôts locaux (malgré les promesses électorales de M Bail) avec la suppression des abattements, la création de la taxe GEMAPI et de la surtaxe eau. Quid des taux des impôts qui seront votés au Conseil municipal : seront-ils bientôt majorés ?
  • la mise en place des parkings payants en front de mer … dans un premier temps : décision inique qui n’aura pour effet que d’enrichir la société Vinci, de reporter la gêne sur les quartiers riverains, de diminuer la fréquentation touristique et de loisirs. Et en janvier 2017, la Ville devra transférer à la Communauté urbaine les recettes d’occupation du domaine public, donc les marchés, les terrasses, les manèges et les parkings fermés …
  • la signature d’un contrat de partenariat public-privé pour la voirie: 100 000 € d’étude et 10 millions de travaux. Qui paiera ? La Ville ! Et au lieu d’emprunter à une banque, on contractera notre dette auprès des entreprises ! Où est la différence ?
  • l’appauvrissement du patrimoine municipal (vente de l’Accostage, des terrains autour de la maison familiale) ;
  • la baisse du soutien moral, technique et financier aux associations qui devrait s’accentuer
  • la suppression du repas à domicile des personnes âgées et malades en mars 2016, après la suppression des chocolats de fin d’année, et la fin de la livraison des repas aux communes voisines. Que deviendra notre service de restauration scolaire ?
  • la fin du Centre de Loisirs sans Hébergement en août 2016 : En effet à la réunion de rentrée du 6 janvier 2016, le conseil d’administration d’Anim’jeunes a dû décider, la mort dans l’âme, de fermer toutes ses structures pendant 3 semaines au mois d’août 2016. C’est la seule solution que les bénévoles gérant cette association ont trouvé pour compenser la baisse de la subvention municipale de 40 000 € pour l’année 2016, sans mettre en péril l’avenir de cette association pour l’année future. Mais, si la baisse de subvention continue, l’association sera contrainte de se dissoudre. Bon nombre de parents vont se trouver sans solutions au mois d’août pour leurs enfants et ce ne sera que la première partie de la sanction, la deuxième arrivera en octobre 2016 lorsqu’elles recevront leur taxe d’habitation qui augmentera fortement en raison de la suppression des abattements pour charge de famille!

Il faut le savoir : Les familles ne sont plus les bienvenues à Ouistreham  pourtant les jeunes c’est l’avenir !

  • une communication brouillonne avec deux logos créés, un site Internet coûteux, des lettres d’information envoyées aux Ouistrehamais en dépit du droit d’expression de la minorité, un questionnaire dont le thème central est simple « Si vous voulez conserver tous les services publics, quelle majoration d’impôt êtes-vous prêts à accepter ? », un fac-similé de démocratie participative avec des comités de sages, de quartiers, de jeunes sans compte-rendu de leur activité ;
  • des opérations de marketing territorial, véritables flops et/ou gouffres financiers : épopée Bourgnon, élection Super-Mamie, courriers envoyés aux chefs d’Etat et maires pour financer le projet d’une « Plage to be » bientôt privatisée, d’un espace muséal à 14 millions sans parler du mandat spécial permanent pour les dépenses du maire ;
  • les difficultés de M Bail à gérer son équipe (4 démissions) et ses services, le malaise du personnel et des citoyens avec des Conseils municipaux musclés où le public est évacué ;

Autant d’opérations, autant d’annonces qui vont grever durablement notre budget et notre image, et qui font que Ouistreham ne sera bientôt plus « la Ville où il fait bon vivre ».

Romain Bail demande de l'aide à Barack Obama et Vladimir Poutine.

 

 Numrisation 20151210

 

 

Le Président de l’association Guillaume Val, autrement dit « la maison des jeunes » de Ouistreham, a écrit à l’ensemble de ses 950 adhérents pour annoncer la fermeture du centre de loisirs pendant le mois d’août prochain. En effet, le mercredi 6 janvier, le conseil d'administration de l'association s'était réuni pour aborder la situation budgétaire et prévoir les activités de l'année 2016. Le Maire, Romain Bail, 3 mois avant le vote des subventions en conseil municipal, avait annoncé à cette structure une baisse de la subvention attribuée chaque année, de 30 000€ obligeant ainsi les responsables à revoir à la baisse les activités proposées.

L'association Guillaume Val a été créée en 1995 à la suite d'une tragédie sur la plage de Riva Bella. On l'a sans doute oublié mais à cette époque, il n'y avait pas de centre aéré pour animer ou encadrer les jeunes. Un jeune adolescent, Guillaume Val, avait été  mortellement blessé par un coup de feu, tiré par un autre jeune qui avait emprunté le pistolet de son père. Cet événement créa une énorme émotion dans la ville et mit en évidence la nécessité de créer une structure chargée de proposer des animations aux jeunes. L'association "Guillaume Val" est alors créée pour prolonger l’éducation des enfants et des jeunes à travers l’animation de leurs loisirs. Installée à la pointe du siège l'été, ou au centre socio-culturel le reste de l'année, cette maison des jeunes est devenue une véritable institution dotée d'un budget de 270 000€, avec 13 animateurs diplômés, permanents ou à temps partiel, et des bénévoles jusqu’en 2015.

Le centre de loisirs n'ouvrira donc plus en août 2016. Il y avait cependant, chaque année, 80 enfants encadrés pendant la deuxième partie des grandes vacances. Cette décision laisse les familles sans solution et les bénévoles de la structure dans l'incompréhension.

J’apporte mon total soutien aux salariés de l’association qui sont inquiets pour leur avenir. En effet la baisse du budget va réduire le nombre d’enfants accueillis et faire baisser proportionnellement la subvention de la C.A.F. en 2017. Les salariés voient donc se profiler l’ombre de licenciements économiques. Je reste également plus que jamais solidaire des bénévoles qui s’investissent depuis des années dans le fonctionnement de cette association d’éducation populaire pour garder le lien social de base avec les familles. Le Maire de Ouistreham devrait avoir appris, 2 ans après son élection, que la première ambition d’une équipe municipale est d’accompagner les plus jeunes et leurs familles dès la petite enfance.

Malheureusement Romain Bail détruit tout ce qui est utile pour construire tout ce qui est futile. Il préfère dépenser 50 000€ dans l'affaire Bourgnon et donner 22 000€ pour accueillir Patrick Juvet que d’aider les familles ouistrehamaises les laissant sans solution pendant les vacances.

Au moment de la rentrée, Romain Bail annonce avec une exubérance irréfléchie ses projets pour Ouistreham L’année dernière, c’était un centre de congrès, une salle de spectacle et un hôtel 5 étoiles à côté du casino ou encore un musée franco-britannique sur la thématique du débarquement. Cette année, c’est la Pointe du siège qui est le lieu de ses nouvelles lubies ! Mais il oublie de dire que seul le syndicat P.N.A., présidé par la région, peut aménager cette zone et qu’il ne restera que spectateur de changements qui interviendront ! Les nombreux projets de logements, évoqués ou à l'étude, ne peuvent cacher une réalité prosaïque : la ville a perdu 400 habitants en 5 ans et 200 logements sont en ventes et ne trouvent pas d'acquéreurs !

Cet affichage optimiste des projets de Monsieur Bail essaie de masquer un bilan désastreux de la saison à Ouistreham. Si l'ensemble des professionnels du tourisme s'accorde à reconnaître que la saison touristique 2015 a été excellente, notamment sur le plan de la fréquentation, il en va tout autrement dans notre ville. Les nombreux touristes ont été déçus par la pauvreté et la mauvaise organisation des animations estivales proposées. Par exemple :

- Le feu d'artifice "low cost" du 14 juillet a été sifflé et hué et celui du 15 août a été supprimé. Ce sont pourtant des événements qui participent au rayonnement de la station dans la région. Ce fut une erreur majeure que de préférer financer les 50 000€ pour l’arrivée du navigateur Yvan Bourgnon dans le port plutôt que se doter de feux d’artifice populaires.

- Que dire des marchés nocturnes qui ponctuent chaque semaine et drainent la foule dans les rues commerçantes ? Monsieur Bail voulait les développer et les rénover en invitant des producteurs et artisans locaux. De fait, très peu se sont déplacés probablement parce que l'équipe municipale n'a pas su l'organiser et trouver l'animation adéquate. Par contre bagarres et altercations ont fourni un type d'animation dont on se serait bien passés et le résultat ne s'est pas fait attendre : Ce marché a décliné de semaine en semaine.

- Romain Bail a mis en vente des produits avec la marque "Ouistreham, the plage to be", mais sa stratégie de marketing prétentieuse a abouti à un échec cuisant : les produits trop chers, ou dépassés, n'ont pas trouvé beaucoup d'amateurs. La centaine de chiliennes disponibles pour la location n'a pas trouvé preneur et les deux saisonniers recrutés ont dû trouver le temps long ... ! Triste bilan... !

- Quant au camping, une brutale augmentation des tarifs ajoutée à une suppression des animations l'ont littéralement vidé.

- La dernière interdiction pour les touristes d'accéder à la plage pour profiter des joies de la l'habituelle pêche à pied en période de grandes marées est un acte significatif de l’inconsciente volonté de Romain Bail de faire fuir les touristes....

Au total cette saison touristique médiocre a souffert d'une atmosphère délétère générée par quelques rumeurs persistantes : le risque d'avoir un littoral cadenassé par des parkings payants l'an prochain, des procès-verbaux à jet continu sur des estivants et habitants peu habitués à ce type de pratique, le sentiment qu'il n'y avait pas de pilote dans l'avion au moment des rixes par exemple. Bref, en 18 mois, Romain Bail a détruit tout ce qui fonctionnait bien dans notre ville. Le conseil municipal ne s'est pas réuni depuis plus de 3 mois, les décisions sont prises par un Maire autocrate, les conseillers municipaux sont abandonnés, et Romain Bail n'est plus que le capitaine d'un bateau fantôme à la dérive...

 Une ambiance délétère, de défiance et de colère règne sur Ouistreham. On entend partout  parler de cette ville "en négatif". Grosse diminution des budgets des associations, gaspillage de l'argent public, arasage intempestif des haies d'espaces communaux, projet de parkings payants à seule fin de remplir les caisses de la commune, travaux dans une station balnéaire pendant la saison estivale ... sont quelques exemples de l'exaspération des habitants.

 

Très irrité, j’ai décidé de quitter mes responsabilités de premier secrétaire du PS du Calvados pour me consacrer plus pleinement à la vie ouistrehamaise. Je veux rencontrer les ouistrehamais pour écouter leurs propositions. Après les mandats successifs d’André Ledran qui ont créé un certain immobilisme ces dernières années, il faut en effet réfléchir collectivement à l'évolution de la ville pour améliorer son image, l'inscrire dans l'intercommunalité Caen la mer et dans le réseau des villes de l'agglomération comme un pôle important.

 

Un tract odieux est distribué dans les boîtes aux lettres des habitants de Ouistreham. Attaques personnelles, attaques sur ma vie privée, les auteurs anonymes se sont crus autorisés à m'injurier publiquement. Même si ces mensonges n'atteignent que mon entourage, je veux dénoncer ces méthodes qui abaissent le débat public qui agitent les  rancœurs et font naître le rejet des femmes et des hommes qui consacrent beaucoup de temps à l'action publique.

Tous mes revenus, mes biens, sont publics car déclarés à la commission de la transparence politique mais sont bien loin de ceux qui sont énoncés. Pour me consacrer à mon mandat de conseiller régional, j'exerce ma profession d'inspecteur de l'éducation nationale à temps partiel. Mons salaire de cadre dans la fonction publique est donc proportionnel à mon temps de travail comme le prévoit la loi. Il serait trop facile de le divulguer, je m'y refuse, mais il est bien inférieur à celui annoncé dans le document distribué. Comme la loi le prévoit, je n'ai que deux mandats : conseiller municipal et élu régional. Contrairement à monsieur Bail qui cumule les indemnités, je ne perçois que mon indemnité régionale. Pour le reste, ce sont des représentations, c'est à dire des réunions dans des organismes liés à ma fonction. C'est le cas pour tous les élus, comme monsieur Bail qui siège dans les différentes et nombreuses commissions de Caen la mer ou autres organismes européens.