Chauvois

Les interventions du Président Raphaël Chauvois : le Mont Saint-Michel

Au Mont Saint-Michel, s’achève l’un des plus grands chantiers d’Europe. Grâce à ce chantier, le Mont redevient une île, comme il l’était jusqu’au XIXème siècle et comme il ne l’aurait plus jamais été si ce gigantesque chantier, qui est aussi une prouesse technologique, n’avait pas été entrepris.

Le Mont Saint-Michel est une merveille du Patrimoine mondial et a été, en 1979, le premier site français classé par l’UNESCO.

Cette merveille est située en Normandie mais elle n’appartient pas à la Normandie : elle appartient au monde entier : c’est ce que signifie son classement au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Le Mont Saint-Michel est ainsi très proche du sanctuaire de Miyajima : ces deux sites flottent sur les eaux à marée haute, sont inscrits au Patrimoine mondial, ont un caractère hautement spirituel et universel : les Français doivent venir découvrir Miyajima, comme les Japonais doivent découvrir le Mont Saint-Michel.

Le Mont-Saint-Michel est l’un des sites les plus visités de France. Chaque année, près de 2,5 millions de visiteurs viennent du monde entier pour l’admirer Les touristes japonais sont, de très loin, la première clientèle étrangère du Mont Saint-Michel (220 000 visiteurs japonais en 2013 à l’abbaye sur 1,3 million de visiteurs, soit près d’un visiteur de l’abbaye sur 5). Je veux ici  vous remercier de votre confiance et de votre engagement à nos côtés, et saluer votre travail. C’est grâce à vous que les touristes japonais sont devenus la première clientèle groupes au Mont Saint-Michel.

Nous avions donc la responsabilité de faire tous les investissements nécessaires pour que le Mont demeure pour les touristes japonais -comme pour les visiteurs du monde entier- un lieu de grande émotion et de grande spiritualité. Ce chantier a été porté par une très grande ambition : restaurer le paysage naturel qui sert d’écrin à l’un des hauts lieux de l’humanité et améliorer très respectueusement la découverte du site.

Au fil des siècles, la sédimentation s’était accentuée autour du Mont. Petit à petit, la mer a reculé et la terre a progressé. En plus, un parking au pied des remparts dénaturait le paysage.

Les experts internationaux étaient formels. À l’horizon 2040, si rien n’avait été entrepris, le Mont-Saint-Michel aurait été définitivement entouré de terres. Le chantier pour le « rétablissement du caractère maritime du Mont Saint-Michel » a donc été lancé en 1995 et s’achève au printemps prochain, 20 ans après.

Au total, 27 milliards de Yens ont été investis par l’Etat, par l’Europe, par la Normandie.

Pour restaurer ce site, il fallait supprimer tous les stationnements au pied du Mont, permettre aux visiteurs d’entrer au Mont sans voiture, restaurer les remparts. Les conditions d’accueil n’étaient plus à la hauteur ni du lieu ni des attentes du public. Elles ont aujourd’hui été mises au service de ce lieu exceptionnel.

Un tel chantier n’était pas facile à mener. Il fallait concilier la prouesse technologique, la volonté de protéger les paysages et l’amélioration de l’accueil de 2,5 millions de visiteurs. Je reconnais que vous nous avez beaucoup aidés en nous laissant le temps de bien adapter les conditions d’accueil pendant ces deux dernières années. Aujourd’hui, nous avons mis en place le nouvel accueil, le nouvel accès, les nouveaux modes de transport. Tout a été repensé pour que le Mont reste accessible à tous les publics, et particulièrement l’accès des touristes japonais qui ont besoin de découvrir en quelques heures ce site exceptionnel.

Au printemps prochain, tout sera donc terminé.

La visite du Mont sera un nouveau produit avec de nouveaux services pour une découverte inoubliable : depuis le Parc de stationnement et le Centre d’informations touristiques, des navettes de transports gratuites et des cheminements piétonniers mèneront les visiteurs jusqu’au Mont. À pied, les visiteurs empruntent déjà le nouveau pont-passerelle qui vient d’ouvrir en juillet dernier. Ce nouvel accès sera emprunté par les navettes à compter de cet automne. La dépose des passagers se fait à 400 mètres du Mont-Saint-Michel pour réserver aux seuls piétons une vue complètement dégagée sur le Mont. Ensuite, au printemps 2015, viendra le temps de détruire l’actuelle digue-route du XIXème siècle, un acte qui marquera la fin des grands travaux et le rétablissement du Mont Saint-Michel dans son environnement maritime. La fin de l’ensemble des aménagements touristiques est prévue pour l’été 2015.

Le remplacement de l’actuelle digue-route par le nouveau Pont-passerelle donne lieu à un spectacle extraordinaire. Depuis l’été 2013, dès que le coefficient de la marée dépasse 110, le Mont redevient une île. Les remparts baignent dans l’eau. Le rocher est coupé de ses accès. Le phénomène qui ne dure à chaque fois que quelques heures, ne s’était plus produit depuis plus de 130 ans.

J’aimerais conclure en vous assurant que tous ces investissements ont été réalisés avec la volonté de vous accueillir dans les meilleures conditions. Nous savons à quel point venir au Mont Saint-Michel, venir en Normandie, est un rêve pour de nombreux touristes japonais. C’est pour cela que nous faisons énormément pour mettre en valeur nos paysages et nos monuments, pour les protéger et pour qu’ils soient à la hauteur de votre attente.

 

http://raphaelchauvois.fr/images/phocagallery/thumbs/phoca_thumb_l_img_1497.jpg

***